#MysTic Blog Awards Act 3: Contribution de la femme à l’ édification d’ un burkina faso de sécurité, de paix, et de cohésion : partie 1

La femme comme on aime le dire elle est la mère de la nation. Mais elles sont la cible récurrente de tactiques guerrières comme la violence sexuelle. Elles sont le plus souvent tenues à l’écart des négociations de paix, bien qu’elles soient à la tête de mouvements pacifiques et à l’origine du relèvement communautaire à l’issue des conflits. Exclues des processus de reconstruction, les femmes ont moins de chances de reprendre une vie normale, d’obtenir justice pour les violations de leurs droits fondamentaux et de contribuer à la réforme des lois et des institutions publiques.

Pour cela depuis 1977 l’Organisation des Nations Unies a adopté une résolution qui invite les pays à consacrer une journée à la célébration des droits de la femme et de la paix. Depuis lors, le 8 mars est ainsi consacré journée de reconnaissance des droits de la femme et se présente comme l’occasion idéale de marquer un temps d’arrêt en vue de réfléchir sur la situation et les conditions de vie des femmes.

Au Burkina Faso, cette commémoration est organisée sous l’égide du ministère en charge de la femme, à travers une thématique spécifique correspondant à une préoccupation nationale pour permettre un cadrage de la réflexion et de l’action.
Le choix du thème de cette année « Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion » se justifie par le fait que le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays de la sous-région, est en proie à des attaques terroristes qui ébranlent la stabilité du pays.

« Les femmes ne sont pas épargnées par les terroristes, qui n’hésitent plus à les attaquer ou à les utiliser. »

On oublie trop souvent que les femmes sont à la fois victimes et actrices de ces violences perpétrées par les groupes armés. Au Burkina, elles ne sont pas épargnées par les terroristes, lesquels n’hésitent plus à les attaquer ou à les utiliser. Il y a quelques mois, les forces de l’ordre burkinabées ont arrêté un groupe de femmes en possession d’engins explosifs sur la route entre Ouahigouya et Ouagadougou. La pauvreté, les difficultés d’accès à un emploi décent ou aux ressources de base, le sentiment d’injustice et d’abandon des autorités, c’est tout cela qui est instrumentalisé par ces groupes radicaux.

COMMENT LES FEMMES PEUVENT CONTRIBUER À LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME ?

Dans les sociétés africaines, les femmes occupent une place très importante. Leur rôle est peut-être moins visible, mais il est très fort en termes de prises de décisions. Quand les hommes doivent trancher, ils prennent d’abord les conseils de leur épouse. Chez les Mossi par exemple, lorsque le roi rend un jugement, il y a toujours une porte discrète où on place une femme particulière pendant les débats. A la suspension, les chefs se retirent pour l’écouter. Traditionnellement, elle a une fonction essentielle dans la médiation, le plaidoyer et la gestion des conflits.Sur le plan politique on a les grandes dames telque Mme Justine Coulidiati-Kielem, coordinatrice régionale de la plateforme des femmes du G5 Sahel qui oeuvre dure pour la participer a la paix de notre chère Faso

Justine Coulidiati-Kielem, coordinatrice régionale de la plateforme des femmes du G5 Sahel, à Ouagadougou, le 31 janvier 2019. Source:Sophie Douce, le monde .fr

Dans le prochain article je vais vous parler de comment nos mère peuvent empêcher l endoctriment de nous les jeunes, comment elles peuvent favoriser la cohésion du Faso

Merva_Akkor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s